portrait Giorgia Meloni

Imaginez-vous, chers lecteurs, de Madame-Raleuse.com, l’Italie, ce paradis ensoleillé où le gouvernement a décidé de taquiner les masses en supprimant joyeusement le RSA, oups, pardon, je veux dire le “revenu de citoyenneté”. Quelle brillante idée ! Parce que, qui a vraiment besoin d’aide financière de nos jours, n’est-ce pas ? On peut tous vivre d’amour et d’eau fraîche, surtout quand l’amour s’appelle “travail acharné” et l’eau fraîche, eh bien, c’est simplement le rêve d’une vie meilleure.

Mais attendez, ne vous inquiétez pas, le gouvernement a vraiment tout prévu ! Ils ont envoyé des SMS supersympas à près de 169 000 ménages, leur annonçant que leur petit cadeau mensuel allait disparaître. Génial, non ?

Et puis, franchement, ces Italiens qui osent se plaindre et manifester, quelle bande de rabat-joie ! Vous auriez pensé qu’ils sauteraient de joie en voyant leur soutien financier s’évaporer dans les airs comme de la fumée. Mais non, ils ont osé descendre dans la rue et protester contre cette petite farce gouvernementale. C’est bien connu, il n’y a rien de plus amusant qu’une bonne manifestation, n’est-ce pas ?

Le génie italien du “motiver les chômeurs”

Mais ce n’est pas tout, chers amis français, ouvrons grands les yeux et apprenons de nos voisins italiens ! Ils ont donc trouvé la solution ultime pour motiver les chômeurs : supprimer leur aide financière ! Qui aurait cru que la menace d’un chèque plafonné à 350 euros par mois servirait de puissant moteur pour stimuler l’emploi ?

Enfin, je ne peux qu’applaudir la Première ministre italienne d’extrême droite, Giorgia Meloni, pour sa brillante vision. Supprimer le revenu de citoyenneté pour lutter contre l’assistanat et libérer ces pauvres citoyens de la tentation de ne rien faire, quelle audace ! Et puis, qui se soucie des chiffres et des statistiques ? Alors qu’un million de personnes sont sorties de la pauvreté grâce à ce mécanisme, c’est bien connu que les chiffres, c’est pour les faibles.

La réaction française : “L’extrême droite dans ses œuvres”

En somme, mes chers compatriotes, applaudissons l’Italie pour sa magnifique démonstration de libéralisme en action ! Après tout, qui a besoin de filets de sécurité financière lorsque l’on peut simplement s’accrocher aux rêves d’un avenir meilleur ?

Exprimez-vous sur ce sujet brûlant !

Alors, chers lecteurs, après avoir savouré cette brillante démonstration italienne de suppression du RSA, je me demande : que pensez-vous de cette approche audacieuse pour “motiver” les chômeurs et lutter contre l’assistanat ? Seriez-vous prêts à voir une telle mesure mise en place dans votre propre pays, ou préférez-vous garder vos filets de sécurité financière intacts ? Laissez-moi savoir vos réflexions sur ce passionnant spectacle libéral !

La censure des réseaux sociaux est de plus en plus forte … C’est juste incroyable de voir à quel point ils laissent la liberté d’expression fleurir.

Alors si vous voulez rester informé(e) malgré cette répression féroce, abonnez-vous vite à la newsletter de Madame-Raleuse.com, C’est GRATUIT !

Et pour les plus intrépides qui aiment se livrer à une chasse au trésor sur les réseaux, vous pouvez toujours me chercher sur Vk, Facebook, Wattasapp et même Telegram (mais avec une chance incertaine, vu la censure qui plane comme une épée de Damoclès). 😂

Partager l’article sur :

One Comment

  1. C’est complètement écoeurant. Déjà que la pauvreté augmente à toute vitesse en Europe et particulièrement en France, supprimer un RSA va plonger les gens dans la misère totale. A moins qu’on puisse trouver du boulot en traversant la rue ? Rien que cette phrase de Macron me fait gerber. J’ai 71 ans et franchement je n’ai pas une folle envie de voir le monde courir vers sa perte, pourtant c’est ce qui se passe. Donnons-leur du tavail payé correctemment et ils iront bosser. Comme si la majorité des gens étaient content de toucher 450 euros par mois avec le prix de la vie et des loyers! Comme si c’était marrant de galérer ! Personne n’a envie d’une vie comme ça. On ne peut pas vivre avec 450 euros alors avec rien ? on fait comment ? On crève. Franchement, je ne voudrais pas être jeune à cette époque. Je les plains sincèrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *