réchauffement climatique généré par craiyon


À l’aube de 2024, Madame-Raleuse.com dévoile une révélation explosive : Respirer, oui, RESPIRER, est-il devenu le dernier crime environnemental ? Plongez dans cette étude captivante qui positionne le simple acte de respirer au cœur du réchauffement climatique. Comment l’être humain est-il devenu son propre danger ? Préparez-vous à rire, à réfléchir, et peut-être même à reconsidérer chaque bouffée d’air que vous prenez.

Révélation explosive

Ah, merveilleuses nouvelles, chers habitants de la Terre ! Préparez-vous à la révélation révolutionnaire selon laquelle respirer, oui, RESPIRER, est le dernier crime contre l’environnement. Faites de la place, vaches et moutons ; il s’avère que les humains sont les véritables malfaiteurs planétaires. Pouvons-nous avoir une salve d’applaudissements pour notre contribution exceptionnelle au réchauffement climatique ?

Dans une passionnante révélation, des scientifiques ont découvert la vérité choquante selon laquelle l’air que nous expirons ne contient pas seulement les coupables habituels tels que l’oxygène et le dioxyde de carbone, mais aussi les criminels notoires méthane et oxyde nitreux. Oui, le même méthane qui donne aux animaux d’élevage une mauvaise réputation pour leurs indiscrétions atmosphériques. Qui aurait pensé que nos expirations innocentes pourraient être plus nocives qu’un troupeau de vaches flatulentes ?

L’étude, dirigée par le brillant Dr Nicholas Cowan, physicien atmosphérique doué pour transformer les activités quotidiennes en crimes environnementaux, révèle que la respiration humaine contribue à hauteur de 0,1 % aux émissions de gaz à effet de serre au Royaume-Uni. Mais attendez, il y a plus ! Cela ne prend même pas en compte les tueurs silencieux – les rots, les pets et les émissions cutanées – que nous libérons nonchalamment dans l’atmosphère insouciante.

Le souffle maléfique

Alors que nous étions occupés à essayer de sauver la planète en réduisant la viande et en pédalant vers la gloire, il s’avère que le véritable fléau est juste sous notre nez – ou, plus précisément, en sortant de nos nez. Mais ne craignez rien, vaillants défenseurs de l’environnement, car le Dr Cowan et son équipe nous exhortent à faire preuve de prudence avant de supposer que nos émissions sont négligeables. De toute évidence, notre souffle a le potentiel de provoquer le destin imminent de Mère Nature.

Et juste quand vous pensiez que le CO2 était le méchant, l’étude clarifie que les plantes absorbent gracieusement tout le CO2 que nous expirons, rendant notre contribution en CO2 essentiellement nulle. Bravo, les plantes ! Cependant, méthane et oxyde nitreux, les gaz ingrats qu’ils sont, restent intouchés par la générosité photosynthétique de nos amis feuillus.

Dans une expérience palpitante impliquant 104 courageux volontaires, on a découvert que l’oxyde nitreux était une caractéristique universelle de notre souffle, tandis que le méthane était un peu plus exclusif, faisant une apparition remarquée chez seulement 31 % des participants. Mais ne craignez rien, même si vous ne faites pas partie de l’élite de l’exhalation de méthane, vous pourriez toujours être un champion des flatulences. L’étude suggère que ceux qui manquent de méthane dans leur souffle sont susceptibles de compenser avec des pets retentissants.

Mais voici la vraie énigme : pourquoi les femmes de plus de 30 ans sont-elles plus susceptibles d’être des expirateurs de méthane ? Les chercheurs sont tout aussi perplexes que nous. Peut-être est-ce un superpouvoir secret qui se manifeste avec l’âge ?

En conclusion, chers humains, que cela serve de sonnette d’alarme. L’air que nous expirons n’est pas seulement une expiration inoffensive ; c’est un cocktail toxique de gaz à effet de serre prêt à semer le chaos sur notre bien-aimée planète. Donc, la prochaine fois que vous prendrez une grande inspiration, souvenez-vous, vous ne faites pas que respirer ; vous contribuez à l’apocalypse imminente. Joyeuse respiration !

Pour conclure, rassurez-vous, car qui sait, peut-être qu’un jour nous devrons sacrifier notre existence même et devenir le remède à notre propre impact sur la planète, tel que décrit dans ‘Soleil Vert’. Le sacrifice de l’humanité pour sauver la Terre serait-il le prix ultime à payer ? L’avenir, incertain et ironique, pourrait réserver bien des surprises.

Citation de Madame-Raleuse.com

Entre nos respirations et les flatulences bovines, le combat pour le titre du plus grand émetteur de méthane fait rage. Qui aurait cru que notre souffle pouvait être un rival redoutable dans la course au gaz à effet de serre ?

Exprimez-vous !

Face à l’impact de notre respiration sur le climat, certains se demandent : devrions-nous sacrifier notre existence pour le bien de la Terre ? Quelle est votre perspective sur cette question cruciale de coexistence avec notre planète ? Répondez ci-dessous et ensemble, explorons les voies vers un avenir plus vert

(source : DailyMail)

La censure des réseaux sociaux est particulièrement active en cette période trouble …

Pour ne rater aucune perle de sagesse de Madame-Raleuse.com, abonnez-vous à sa newsletter.

Et si vous êtes un véritable glouton des réseaux sociaux, vous pouvez me traquer sur Vk, Facebook , et même Telegram (où je promets de ne pas vous envoyer de photos de mon chat… sauf si vous les demandez, bien sûr). 😂

Partager l’article sur :

One Comment

  1. Savez-vous qu’en 1833 à 1835 il y a eu une sécheresse mondiale, et il y a eu 5000 morts de la sécheresse sur la ville de MARSEILLE de 50.000 habitants, c’est énorme. Et c’est à cette période que les élus ont décidé de réaliser des infrastructures pour irriguer l’eau de la Durance vers Marseille, et la conséquence en 2023 900.000 habitants, c’était le plus grand chantier du Monde avec la construction du pont de ROQUEFAVOUR 2 fois plus grand que le pont du GARD.
    Donc les sécheresses ne sont pas nouvelles. Informez-vous, et n’ayez pas peur, il y a des solutions, mais comme disait ma famille : »ce n’est pas le problème le plus important, mais de trouver la meilleure solution ». Trouvons donc les solutions et cessons de faire peur car ce n’est pas le problème le plus important mais de trouver la Meilleure solution.
    Charles De Gaulle disait des chercheurs qui cherchent on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent on en cherche. Les Nuages français en ce moment sont remplis de taxes et d’eau !
    SEULS CEUX QUI RISQUENT , en particulier DE DIRE LA VERITE, SONT LIBRES !
    Mais en 1 page Qui est Richard ARMENANTE lire la suite= http://injustice.blog.free.fr/public/Cv_RA_1_page_Communication_15_MAI_2013.pdf
    Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *