vanessa et ses poules

Plongez dans le tumulte de la vie rurale du village de Lanvallay avec Vanessa ! Découvrez avec Madame-Raleuse.com, le récit hilarant d’une serveuse au cœur de la tourmente, alors qu’elle affronte ses voisins furieux à coup de poules et de coqs. Préparez-vous à des rebondissements inattendus dans cette saga ébouriffante de la vie à la campagne !

Le jardin des volailles de Vanessa

Ah, quelle tragédie à Lanvallay (Côtes-d’Armor), où une Bretonne audacieuse se bat contre les forces du mal qui osent critiquer son élevage de poules et de coqs ! Vanessa Flandre, une héroïne moderne, défend son droit sacré à transformer son jardin en un véritable parc d’attractions avicole.

Vous voyez, Vanessa n’est pas seulement une serveuse, elle est aussi une éleveuse passionnée – enfin, elle aime bien se décrire ainsi entre deux cocktails à servir. Depuis 2018, elle a entrepris cette noble quête d’entourer sa demeure de volailles, ignorant totalement l’opposition sournoise de ses voisins.

Ces pauvres voisins, incapables d’apprécier la symphonie matinale du coq ou le charme rustique des odeurs de poulailler au petit-déjeuner, osent se plaindre ! Ils ont même l’audace de dire que c’est de l’élevage, comme si un petit jardin rempli de volailles pouvait être assimilé à une ferme industrielle! Ridicule, n’est-ce pas ?

Oh, et ces chiffres fantaisistes ! Les voisins affirment qu’elle détient entre 60 et 70 oiseaux, tandis que Vanessa insiste sur le fait qu’elle n’en a que 25. Qui croire dans ce jeu de devinettes ornithologiques ? Peut-être qu’elles se cachent dans les buissons pour échapper au décompte. Qui sait ?

La saga judiciaire des gallinacés

Puis, bien sûr, il y a cette tragédie moderne : les lettres recommandées, les appels à la chambre d’agriculture pour obtenir un soutien moral dans cette épreuve, et maintenant, l’huissier avec une convocation à la cour. C’est comme un mauvais soap opera rural.

Mais Vanessa, notre vaillante héroïne, ne se laisse pas abattre si facilement ! Non, elle brandit sa pétition comme Excalibur et s’apprête à recruter un avocat pour combattre ce complot contre sa liberté de vivre la campagne en… eh bien, vivant la campagne, bien sûr ! Parce que rien ne crie “vie rurale authentique” comme une cour remplie de gallinacés en colère et un voisinage au bord de la crise de nerfs.

Citation de Madame-Raleuse.com

Vivre à la campagne ? Plus de poules, plus de coqs, plus de problèmes ! La saga d’une serveuse éleveuse qui défend son droit de transformer son jardin en zoo avicole.

Exprimez-vous !

Pensiez-vous vraiment que vivre à la campagne signifie être entouré de poules et de coqs en guise de voisins ? Quelle est votre opinion sur ce conflit de voisinage ? Partagez vos réflexions dans les commentaires ci-dessous !

(source : La Dépèche)

La censure des réseaux sociaux est particulièrement active en cette période trouble …

Pour ne rater aucune perle de sagesse de Madame-Raleuse.com, abonnez-vous à sa newsletter.

Et si vous êtes un véritable glouton des réseaux sociaux, vous pouvez me traquer sur Vk, Facebook , et même Telegram (où je promets de ne pas vous envoyer de photos de mon chat… sauf si vous les demandez, bien sûr). 😂

Partager l’article sur :

One Comment

  1. La serveuse et ses voisins vont se voler dans les plumes, c’est sûr! Ils vont appeler les poulets à la rescousse. Et la petite poulette ira se faire cuire un œuf 😂😁
    Et si les voisins veulent savoir si le vent de la justice tournera dans leur sens, rien de + simple: ils prennent le coq de la damoiselle et mettent un doigt dans son Q (Kadok a donné ce conseil à Lancelot, mais le dame-oiseau [lol] n’a pas su le décrypter) Bisous 😘😘

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *