gestion budget france

Madame-Raleuse.com vous révèle les dessous croustillants de la gestion désastreuse du gouvernement français. Accrochez-vous, car vous n’êtes pas prêts pour découvrir la véritable saga financière qui secoue notre nation. Lisez la suite et préparez-vous à être scandalisés !

La farce budgétaire

Ah, le gouvernement, cette équipe de super-héros de la gestion budgétaire ! Apparemment, ils étaient trop occupés à compter les moutons pour réaliser que les chiffres ne correspondaient pas. Jean-François Husson, notre Sherlock Holmes des finances, a décidé de dévoiler au monde entier le grand spectacle de l’incompétence gouvernementale.

Imaginez la scène : nos valeureux sénateurs se frayant un chemin jusqu’aux antres de Bercy, telles des hordes de hobbits partant à l’assaut du Mordor. Et là, ils découvrent le pot aux roses : le gouvernement n’a rien fait d’autre que de siroter des cafés pendant que les chiffres se trémoussaient dans une danse du déficit.

Mais voici le twist : alors que le ministre Bruno Le Maire jongle avec des excuses dignes d’un concours de contorsion, affirmant que la baisse de l’inflation a ruiné leurs plans brillants, il propose une solution révolutionnaire : faire appel aux collectivités locales pour sauver la situation. Ah, mais bien sûr, car c’est bien connu, quand tout va mal, il suffit de taper à la porte des voisins et de leur demander un peu de sel budgétaire.

La tragédie financière

Pendant ce temps, dans les coulisses de Bercy, c’est la panique à bord. Les rapports s’accumulent, les alertes fusent, mais le gouvernement semble plus détaché qu’un surfeur californien en pleine vague. Quelques milliards par-ci, quelques milliards par-là, comme s’ils étaient dispersés dans une chasse au trésor. Mais attention, selon Jean-François Husson, ce n’est pas juste une petite crise financière, non non, c’est “la plus grande crise de la Ve République au plan budgétaire” ! Rien que ça.

Mais alors que les chiffres se mettent à faire le moonwalk dans l’autre sens, notre bon vieux Bruno Le Maire annonce fièrement ses plans d’économies, tel un magicien sortant un lapin de son chapeau. Et là, paf ! 10 milliards d’euros d’économies, comme par magie ! Sauf que, tiens-toi bien, en coulisses, ils en rajoutent encore 16 milliards. Comme quoi, quand on pense avoir touché le fond, il y a toujours une trappe secrète pour creuser un peu plus profondément.

Mais rassurez-vous, chers citoyens, nos sénateurs ne restent pas les bras croisés face à cette avalanche de mauvaises nouvelles. Ils appellent à l’action, à un “vrai électrochoc”, comme s’ils étaient sur le point de réanimer un budget en état de mort clinique. Alors, que le spectacle continue : débats à l’Assemblée, discussions au Sénat, et peut-être même une séance de yoga budgétaire pour calmer les esprits agités. Car après tout, rien ne vaut une bonne session de méditation pour oublier que nos finances sont dans le rouge, n’est-ce pas ?

Citation de Madame-Raleuse.com

La gestion budgétaire du gouvernement ? Une comédie d’incompétence, où les chiffres dansent et les excuses pleuvent.

Exprimez-vous !

Et vous, quelles solutions proposez-vous pour sortir la France de cette crise financière ? Partagez vos idées dans les commentaires !

(source : PublicSenat)

La censure des réseaux sociaux est particulièrement active en cette période trouble …

Pour ne rater aucune perle de sagesse de Madame-Raleuse.com, abonnez-vous à sa newsletter.

Et si vous êtes un véritable glouton des réseaux sociaux, vous pouvez me traquer sur Vk, Facebook , et même Telegram (où je promets de ne pas vous envoyer de photos de mon chat… sauf si vous les demandez, bien sûr). 😂

Partager l’article sur :

One Comment

  1. Le résultat de la politique française par exemple sur l’agriculture = il y avait en France en 1970 quatre million d’agriculteurs, Un million d’agriculteurs en 2000, Ils sont 380.000 agriculteurs en 2024, Il ne restera que 10.000 agriculteurs en 2050. Le plus grand licenciement organisé par les politiques……

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *