La Cheapflation : Quand 6 grandes marques trompent vos papilles et vident vos poches

ÉcomomieSanté
cheapflation

Plongez dans les coulisses sombres de l’industrie alimentaire avec Madame-Raleuse.com. Découvrez comment 6 grandes marques jonglent avec les ingrédients et les prix pour vous offrir une expérience culinaire en apparence alléchante, mais bien plus douteuse en réalité. La cheapflation, ce tour de passe-passe où la qualité se sacrifie sur l’autel du profit, dénoncé par foodwatch, vous réserve bien des surprises. Accrochez-vous, la vérité risque de vous ouvrir l’appétit d’une autre façon !

Les tours de passe-passe de l’industrie alimentaire

Ah, la cheapflation, cette merveilleuse invention où les fabricants de produits alimentaires transforment subtilement leurs recettes tout en jonglant avec les prix pour nous offrir une expérience culinaire toujours plus palpitante ! Imaginez-vous, six marques se sont fait pincer par foodwatch, la police secrète de la gastronomie, pour avoir joué à ce petit jeu ingénieux.

After Eight, ah Nestlé, toujours prêt à nous surprendre ! Ils ont réussi l’exploit de transformer leurs chocolats en une véritable œuvre d’art de la cheapflation en ajoutant de l’huile de palme, cette huile tant prisée par les amateurs de régime alimentaire exotique. Et bien sûr, comme la cerise sur le gâteau, le prix grimpe de 7,4% tout en vous offrant une expérience gustative… différente.

Chez Bordeau Chesnel, la spécialité charcutière au poulet rôti en cocotte est devenue un vrai tour de magie. La quantité de viande diminue comme par enchantement, mais attention, c’est pour mieux vous laisser apprécier le goût des huiles végétales. Et hop, le prix s’envole de 31% ! C’est pas de la magie, ça ?

Findus, lui, nous propose une variation poissonnée avec son colin d’Alaska à la bordelaise. Moins de poisson pour plus de saveur, c’est leur mantra. Et pour rendre le tout encore plus palpitant, une augmentation de prix de 47% ! Vous en voulez encore ?

Fleury Michon, avec leurs bâtonnets ‘Le Moelleux’, nous montrent que la magie de la cheapflation n’a pas de limites. Moins de chair de poisson, plus de prix, et hop, le tour est joué ! Mais rassurez-vous, c’est pour votre bien, pour que vous puissiez toujours vous délecter de leurs produits… à un prix plus élevé.

Révélations et tromperies : Les dessous obscurs de la mayonnaise Maille et des cookies Milka

Maille, oh Maille, la mayonnaise Fin Gourmets Qualité Traiteur, une véritable pépite de cheapflation. Moins de jaunes d’œufs, plus d’huile, et le prix grimpe de 12,16%. Mais bon, c’est la faute à la grippe aviaire et aux difficultés d’approvisionnement, n’est-ce pas ?

Enfin, Milka et ses cookies « choco » Sensations, un vrai régal de cheapflation. Ils ont troqué l’huile de tournesol contre de l’huile de palme pour notre plus grand plaisir, et le prix, lui, monte de 27%. Mais ne vous inquiétez pas, ils envisagent de revenir à l’huile de tournesol. Peut-être. Un jour. Peut-être.

Ah, la cheapflation, une belle histoire d’adaptation aux crises, de gestion des coûts et d’augmentation des prix. Merci aux industriels pour ce moment de pure magie culinaire ! Et un grand merci à foodwatch pour nous avoir éclairés sur ces pratiques obscures. On en redemande ! Ou pas.

Citation de Madame-Raleuse.com

La cheapflation : une illusion gustative qui gonfle les prix, mais vide les assiettes.

Exprimez-vous !

Pensez-vous que les pratiques de cheapflation des grandes marques alimentaires doivent être dénoncées ou pardonnées au nom des difficultés d’approvisionnement ? Que pensez-vous de cette mal-bouffe que nos industriels nous proposent ? Partagez vos réflexions sur ces pratiques controversées et leurs impacts sur votre expérience en tant que consommateur averti.

(source : foodwatch)

La censure des réseaux sociaux est particulièrement active en cette période trouble …

Pour ne rater aucune perle de sagesse de Madame-Raleuse.com, abonnez-vous à sa newsletter.

Et si vous êtes un véritable glouton des réseaux sociaux, vous pouvez me traquer sur Vk, Facebook , et même Telegram (où je promets de ne pas vous envoyer de photos de mon chat… sauf si vous les demandez, bien sûr). 😂

Partager l’article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *