Le Sénat restreint le droit de grève : un coup de poing contre la liberté syndicale

LibertéSociété
droit de greve attaqué par le sénat

Madame-Raleuse.com dévoile une nouvelle fracassante : le Sénat français s’attaque au droit de grève. Découvrez cette révélation qui remet en question les fondements de la démocratie sociale. La suite de cet article vous réserve bien des surprises.

Limiter le droit de grève : Une nouvelle législation controversée

Ah, c’est tellement réconfortant de voir nos chers sénateurs s’attaquer aux vrais problèmes du pays, n’est-ce pas ? Voici une nouvelle révolutionnaire pour vous : le Sénat a voté ce mardi pour limiter le droit de grève dans les transports. Parce qu’apparemment, le concept d’ “otage excessif et répété” des usagers par les grévistes est devenu un sport national.

Alors, tenez-vous bien, chers amis, voici la pépite de la législation : le gouvernement aura désormais le pouvoir de dire aux travailleurs des transports : “Hé, pas de grève pendant les heures de pointe, d’accord ? Vous pouvez laisser vos revendications pour plus tard, quand personne ne sera affecté.” Trente jours par an, s’il vous plaît. Ils sont généreux, non ?

Et si vous pensiez que c’était tout, vous vous trompez. Ils ont également décidé que les grèves ne seront pas autorisées les jours fériés, pendant les vacances scolaires, les élections, les référendums, ou quand la France organise des événements majeurs. Parce que rien ne dit “solidarité ouvrière” comme perturber les Jeux Olympiques.

Bien sûr, certains politiciens ont essayé de rendre ce cirque encore plus amusant. Ils ont réussi à réduire le quota de jours à 30 par an et à limiter les grèves à sept jours consécutifs. Parce que, vous savez, ils se soucient vraiment du bien-être des travailleurs, mais seulement jusqu’à un certain point.

Et évidemment, il y a ceux qui s’opposent à cette idée, ces grincheux de gauche qui pensent que restreindre le droit de grève, c’est pas sympa. Mais qui se soucie de leur avis de toute façon ?

L’ironie de la restriction d’un droit constitutionnel

Ah, c’est tellement ironique ! Malgré le fait que le droit de grève soit gravé dans notre Constitution depuis 1946 et repris par la Ve République, on dirait bien qu’on nous fait encore un petit tour de passe-passe en nous retirant une liberté.

Bref, une autre journée normale au Sénat, où les priorités sont aussi claires que de la boue dans une tempête. Qui a dit que la politique n’était pas un spectacle divertissant ?

Citation de Madame-Raleuse.com

Restreindre le droit de grève, c’est museler la voix des travailleurs et briser l’épine dorsale de la démocratie sociale.

Exprimez-vous !

Le Sénat français franchit-il la ligne rouge en restreignant la liberté fondamentale de grève ? Votre opinion compte, partagez-la avec nous : que pensez-vous de cette intrusion dans les droits des travailleurs ?

(source : BFMTV)

La censure des réseaux sociaux est particulièrement active en cette période trouble …

Pour ne rater aucune perle de sagesse de Madame-Raleuse.com, abonnez-vous à sa newsletter.

Et si vous êtes un véritable glouton des réseaux sociaux, vous pouvez me traquer sur Vk, Facebook , et même Telegram (où je promets de ne pas vous envoyer de photos de mon chat… sauf si vous les demandez, bien sûr). 😂

Partager l’article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *