Loi pour lutter contre les dérives sectaires : Les députés veulent réintroduction de l’article 4

LibertéPolitique
article 4

Dans cet article de Madame-Raleuse.com, découvrez comment nos vaillants députés défient les sénateurs pour réintroduire l’article 4 pour lutter contre les dérives sectaires, pouvant mettre fin à la liberté de choix en matière de santé. Vous ne voudrez pas manquer cette intrigue captivante. Plongez-vous dans les détails dès maintenant !

Ping-pong législatif : Retrait et réintroduction de l’article 4

Ah, bien sûr, comment pourrais-je oublier cette saga parlementaire digne d’un feuilleton ? Donc, pour récapituler : nos sénateurs ont eu l’étrange idée de retirer l’article 4 de ce projet de loi pour lutter contre les dérives sectaires. Mais ne vous inquiétez pas, nos valeureux députés sont là pour remettre les choses en ordre ! Ils veulent réintroduire cet article comme un super-héros venant sauver la veuve et l’orphelin.

Alors, imaginez la scène : le Sénat retire l’article 4, et nos députés arrivent en mode “non, non, attendez, on ne peut pas laisser ça comme ça !” C’est comme une partie de ping-pong législatif, mais avec des enjeux un peu plus sérieux que la moyenne.

Menaces pénales : protéger la santé à tout prix

Et au cœur de ce débat épique, il y a cet article 4, cette pépite de législation qui menace d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende toute personne osant suggérer de délaisser un traitement médical. Parce que qui a besoin de liberté de choix quand on peut avoir une prescription gouvernementale, n’est-ce pas ?

Donc attention, amis adeptes des médecines alternatives ! Vous voulez recommander une pratique différente de la pilule amère de Big Pharma ? Bien, préparez-vous à être cloués au pilori avec la même peine sévère. Parce qu’évidemment, en matière de santé, rien ne protège mieux que des menaces de sanctions pénales, n’est-ce pas ?

Ainsi, avec cette merveilleuse législation, nous voilà tous en sécurité, nos choix de santé soigneusement encadrés par les décideurs politiques. Plus de tracas à se demander si on préfère les méthodes alternatives ou les prescriptions classiques, non non, maintenant c’est le gouvernement qui décide pour nous ! Ah, quel soulagement de savoir que notre liberté de choix a été remplacée par une directive gouvernementale.

Citation de Madame-Raleuse.com

En matière de santé, la liberté de choix devrait être une prescription incontestable, non une menace pénale.

Exprimez-vous !

Que pensez-vous de cette fin dramatique de la liberté de choix en matière de santé, si l’article 4 est réintroduit ? Exprimez votre opinion et participez au débat dans les commentaires ci-dessous !

(source : France Info)

La censure des réseaux sociaux est particulièrement active en cette période trouble …

Pour ne rater aucune perle de sagesse de Madame-Raleuse.com, abonnez-vous à sa newsletter.

Et si vous êtes un véritable glouton des réseaux sociaux, vous pouvez me traquer sur Vk, Facebook , et même Telegram (où je promets de ne pas vous envoyer de photos de mon chat… sauf si vous les demandez, bien sûr). 😂

Partager l’article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *