surveillance vaccination guerre

Madame-Raleuse.com dévoile une vérité troublante : notre quotidien se transforme en scénario de dystopie. Confinements, surveillance massive, et menaces globales… Sommes-nous les acteurs malgré nous d’une pièce autoritaire ? Plongez dans notre décryptage impertinent !

L’ère de la surveillance chic

Ah, le XXIe siècle, cette belle époque où nos données convergent vers un état de contrôle aussi naturellement qu’un adolescent vers les réseaux sociaux ! Qui aurait cru que se faire traquer serait aussi facile et, disons-le, divertissant ? Les confinements, le pass sanitaire, ces adorables petits QR Codes pour les JO… on dirait presque les accessoires tendance de l’année. Et la vaccination ? Quasi imposée, mais avec la grâce d’une expérimentation à grande échelle. On se croirait dans un épisode pilote d’une série de science-fiction !

Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin ! Le législateur, dans sa grande sagesse, a soutenu cette dynamique avec une créativité débordante : pass carbone, état d’urgence sanitaire, loi de réquisition, traité OMS sur les pandémies, euro numérique, identité numérique, crédit social au Canada, ou encore le contrôle de l’information, et j’en passe. Qui savait que l’avenir serait si… réglementé ?

Apocalypse Now : Le festival du cataclysme

Et puis, pour relever le tout, une pincée de peur avec des annonces plus terrifiantes les unes que les autres : la maladie du perroquet (parce que oui, les perroquets sont désormais nos nouveaux maîtres), des streptocoques au Japon (parce que les sushis au fugu n’étaient pas assez risqués), et bien sûr, la fameuse Maladie X – tellement mystérieuse qu’elle mériterait son propre film d’anticipation.

Le risque de 3ème guerre mondiale, les cyberattaques, les attaques terroristes, l’embrasement des conflits armés... C’est comme si chaque jour offrait son lot de blockbusters apocalyptiques. Mais, en fin de compte, ne serait-ce pas le grand spectacle de la mise en place d’un état autoritaire ? Si c’est le cas, chapeau l’artiste ! La gestion de la population européenne se transforme en une série dramatique dont nous sommes à la fois les spectateurs et les acteurs. Quelle époque pour être en vie, n’est-ce pas ?

Tout cela s’accompagne d’un alarmisme climatique habilement alimenté, sans pour autant être véritablement confronté, car il ne faudrait pas non plus exagérer. Ainsi se dessine un avenir sombre et brûlant, tel un chemin vers l’enfer à venir !

Citation de Madame-Raleuse.com

Du pass sanitaire à la guerre mondiale : quand le contrôle devient la nouvelle normalité.

Exprimez-vous !

Vivons-nous déjà dans un état autoritaire sous couvert de protection ? Partagez votre avis et vos expériences dans les commentaires !

La censure des réseaux sociaux est particulièrement active en cette période trouble …

Pour ne rater aucune perle de sagesse de Madame-Raleuse.com, abonnez-vous à sa newsletter.

Et si vous êtes un véritable glouton des réseaux sociaux, vous pouvez me traquer sur Vk, Facebook , et même Telegram (où je promets de ne pas vous envoyer de photos de mon chat… sauf si vous les demandez, bien sûr). 😂

Partager l’article sur :

2 Comments

  1. Ce n’est pas à l’ETAT de tout savoir des citoyens mais aux citoyens de savoir tout de l’ETAT.

    Sénèque dit à Néron : Votre pouvoir naît de ma peur, si je n’ai pas peur, vous n’avez aucun pouvoir.

  2. Avec la formation de “La fraude du nom légale” vous retrouverez votre souveraineté d’être vivant naturel Libre sur qui aucune autorité n’est imposable. C’est même jouissif. La piraterie se situe dans la double personnalité avec votre entité juridique “personne physique M. ou Mme NOM PRENOM” sur lequel ils ont toutes emprise et tous les droits, et vous en tant qu’être vivant sur lequel ils n’ont aucune emprise, en vous faisant croire que vous ne faites qu’un. Vous avez la possibilité de refuser de le représenter et agir en tant qu’être vivant. Tapez dans Google “La fraude….” et vous trouverez plus de détails.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *